Et si…

Stéphane Vanderhaeghe – « À tous les airs »

« La réalité, la vérité n’a que faire de la vraisemblance, c’est là même, si vous voyez ce que je veux dire, sa propre définition. Car le jour où la vérité s’encombrera du vraisemblable, on pourra alors dire, comme disait l’autre pour justifier ses foutus mensonges, que la vie est songe. »

Vanderhaeghe

Vous l’aurez compris, dans ce livre (roman ?), il y a un cimetière et une vieille dame… ou plusieurs. Il y aussi un gendarme-poète et une enquête policière… ou ce qui y ressemble. A l’origine de cette enquête, il y a une rumeur… pardon, des vies-rumeurs. Derrière tout cela, il y a la littérature, des personnages, le roman qui s’interrogent. Et puis, il y a surtout un auteur qui aime promener le lecteur et en face de lui, une lectrice… non, des lecteurs qui aiment se faire balader un sourire aux lèvres !

« L’être est un verbe déclinable à souhait qui copule à tous les modes, à tous les temps, à tous les airs ; c’est à s’y perdre, et on s’y perd, on ne sait plus qui est qui, qui fait quoi dans l’affection et les bruits usés qui parviennent déformés. »

Stéphane Vanderhaeghe, « À tous les airs », Quidam Éditeur, 2017.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 7 octobre 2017 par dans Littérature, et est taguée , , , , .

Archives

%d blogueurs aiment cette page :