Et si…

Marie Frering – « Désirée »

  1. Cela fait un mois que je suis entrée dans le catalogue Quidam en souhaitant en faire le tour.
  2. Mes deux dernières lectures m’ont, en partie, déçue.
  3. Je suis mal ! Je n’aime pas, mais vraiment pas, donner un avis ne fut-ce que partiellement négatif sur un livre… En même temps, en me lançant ce défi, je devais bien m’attendre à faire quelques rencontres mitigées.
  4. Que vais-je faire ? (suspense) (Plume 64. « Pensées en boucle de ce jour »)

Eh bien, je vais vous parler de ces deux livres qui m’ont légèrement déçue. D’ailleurs, est-ce le bon mot ? Ne suis-je pas devenue trop exigeante à force de lire d’excellents livres ces dernières semaines ? En ai-je oublié ce qu’est une vraie déception de lecture ? Je pense que oui… Car, de fait, je suis passée à côté (ou en dessous) de certaines phrases voire pages et en même temps, j’ai goûté la beauté des autres et je me suis plu aux côtés des personnages… Alors ma grande, cesse de demander la perfection et n’aie pas peur de dire ce qui t’a échappé ! (Plume 65)


Et je vais commencer par vous parler du livre « Désirée » de Marie Frering. Dans ce roman, nous sommes plongés dans les pensées et les rêves d’une orpheline : Désirée, qui est élevée par son oncle et sa tante. Cette petite voit les choses d’une façon toute particulière et puis, elle rêve, beaucoup, elle se raconte, elle lit et s’invente d’autres vies,… jusqu’à susciter des interrogations craintives de la part de son oncle.

« Déjà elle a goûté à un autre monde avant même d’être déçue de celui vers lequel elle retourne retournée. »

Désirée, cette enfant si étrange, rêveuse, singulière m’a charmée, elle a éveillé ma curiosité et surtout, j’ai aimé sa façon si bizarre, si imaginative et en même temps si connectée de voir les autres, les choses et le monde. Elle me ferait presque penser à ce qu’on appelle aujourd’hui les enfants à haut potentiel ou zèbres ou…

« Elle est une petite fille comme les autres. C’est-à-dire pas grand-chose. Juste comme les poules qui transportent les âmes d’un monde à un autre. »

Seulement, la langue très poétique et imagée du texte m’en a rendu l’accès difficile, il m’a fallu du temps pour rentrer dedans, un temps émaillé de quelques pointes d’ennui… Et pourtant… quand j’y repense, celle langue me semble si adaptée à cette petite que je sais qu’elle n’aurait pu être autre !

C’est sans doute pour cela que j’ai finalement trouvé le livre trop court avec ses 80 pages : à peine ai-je eu le temps de m’approprier sa voix si curieuse à mes yeux qu’il s’achevait… déjà ! Je l’aurais bien poursuivi ce bout de route avec Désirée ! Soit, je le relirai… mais plus tard lorsque j’aurai davantage grandi en tant que lectrice.

Marie Frering, « Désirée », Quidam Editeur, 2008

Publicités

2 commentaires sur “Marie Frering – « Désirée »

  1. Pingback: Plumes 66 à 70 – Emplumeor

  2. Pingback: Catherine Ysmal – « A vous tous, je rends la couronne » – Emplumeor

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 4 décembre 2016 par dans Littérature, et est taguée , , , , , .

Archives

%d blogueurs aiment cette page :