Et si…

Vedrana Rudan – « Rage »

Ça pique, ça mord, j’aime dirait-on sur Facebook… (bout de plume 31)

« Les femmes, en gros, ne prennent pas leur pied car c’est pas si simple d’avoir en main une bite qu’on connaît pas ; les hommes, en gros, si, mais ce qui les tue, c’est qu’ils s’inquiètent de savoir s’ils ont été un bon coup, ils pensent qu’elle a joui, elle a crié, mais ils pressentent que non. Ne pas savoir est mortel. »

Aujourd’hui, je poursuis la lecture de « Rage » (de Vedrana Rudan, Quidam Editeur, 2005) et je me rends compte à quel point ce livre porte bien son titre. 50 pages et voilà que sa fureur coule en moi. Autant vous prévenir, ne me cherchez pas, cette boule de colère risquerait d’éclater. J’ai eu envie de hurler il y a 1 heure, crier mon ras-le-bol des conventions, de l’hypocrisie, de ma solitude qui ne peut pas vraiment se dire car bon, il y a des choses qu’on garde pour soi, c’est comme ça ma petite dame ! (bout de plume 36)

« Je vis pour qui, moi ? Et ma vie, elle est à qui ? Ma vie ! Ma vie à moi ! Si ma vie est pas à moi, alors qu’est-ce que j’ai à moi ? J’ai des droits, moi ? Si j’ai pas le droit de mourir, alors j’ai le droit de quoi ? De vivre ma propre vie pour faire le bonheur de ceux que j’aime le plus ?! Et si j’en avais rien à foutre de ceux que j’aime le plus ? Si j’avais envie de me faire plaisir à moi ?! Et de m’endormir ?! »

Se sent bizarre. J’aurais pu mettre choquée… mais non, ce n’est pas ça. Plutôt l’impression d’avoir pris une claque, d’avoir été secouée dans des drôles de montagnes russes, d’être passée par tellement de phases (fou rire, fureur, fou rire, effroi, sourire, désespoir…) que je ne sais plus trop ce que je ressens… alors bizarre, pourquoi pas ? (Plume 42, après avoir refermé le livre)

Tonka, la narratrice serbe de ce récit, se livre à nous lors d’une nuit d’insomnie. Elle s’adresse directement à nous lecteurs de façon très directe (doux euphémisme) et nous parle de son amant, de son mari, des rapports entre les hommes et les femmes, de sexe, de guerre, d’illusion de liberté dans ce monde dirigé par une poignée de gens… Tout cela est très politiquement incorrect et très cru, vraiment très cru !

« Ok. Ces expressions vous ennuient. Des mots trop forts. Zob. Con. Baiser. Braquemart. Et dans la bouche d’une femme en plus ! D’une femme âgée qui plus est. J’ai pigé. Compris. J’avoue. OK. Et je m’en branle. Vous êtes vraiment des gros cons. »

Ce livre qui déborde d’humour noir a eu pour conséquence de me plonger dans des états alternés de francs rires, de fureur et de tristesse désespérée à un rythme plus que soutenu. J’ai apprécié cet humour qui d’une part dit avec lucidité des choses que l’on fait souvent mine d’ignorer et d’autre part, permet de mettre en mots des horreurs telles que celles vécues à la guerre. Je pense même avoir senti derrière cette forme d’humour une fameuse sensibilité.

« Et eux, ils nous ont fait quoi à nous ? » (phrase qui revient après chaque évocation de tuerie)

Pour conclure, je dois dire que j’affectionne ces récits qui nous plongent dans la guerre et sa cruauté durant lesquels ma gorge, ma poitrine se serrent et ma petite voix hurle : « Oh non pas ça… stop ! ». Non pas par masochisme ou voyeurisme mais parce qu’il me semble qu’en étant secouée et horrifiée de la sorte, j’en ressors toujours davantage vaccinée contre toute tentation de violence.

« Je nous soupçonne tous d’être des bourreaux. Suffit de nous donner l’occasion. Chacun de nous à quelque part un œil à excaver d’une tête, ou une nuque où coller une balle ou un cul où fourrer sa bite – de haine. La guerre, c’est un machin où tout homme normal se sent comme un poisson dans l’eau. »

Vedrana Rudan, « Rage », traduit du serbo-croate par Alain Cappon, Quidam Editeur, 2005

Publicités

2 commentaires sur “Vedrana Rudan – « Rage »

  1. Pingback: Plumes 31 à 40 – Emplumeor

  2. Pingback: Plumes 41 à 45 – Emplumeor

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 21 novembre 2016 par dans Littérature, et est taguée , , , , , , .

Archives

%d blogueurs aiment cette page :